25.04.2019

1ère analyse des chiffres du Cecim

Avec 93 512 m² de demande placée au 1er trimestre 2019, le marché des bureaux lyonnais pourrait battre de nouveaux records. A titre de comparaison, rappelons qu’en 2018, la demande placée a totalisé plus de 330 000 m² avec seulement 63 000 m² pour le premier trimestre (20%).  Cet écart s’explique notamment par la prise à bail des 11 000 m² du NOUVEAU CIRC, la vente des 10 000 m² de la Poste, rue Saint Jean de Dieu et celle des 6 000 m² de Techsud qui sont venus dynamiser le marché. Ces 3 importantes transactions prennent place sur le quartier de Gerland, qui confirme sa place de secteur phare, convoité par les grandes entreprises désireuses de surfaces importantes. Gerland rassemble d’ailleurs près 40% de la demande placée de ce premier semestre avec 36 949 m² en 9 transactions. Le loyer prime sur Gerland est de 199 €/m² d’après les chiffres du Cecim (probablement 220 €/m² sur des transactions confidentielles). Le loyer moyen tourne autour des 190 €/m², à l’image des près de 600 m² du bâtiment le Quatuor C qui ont trouvé preneur grâce à SOROVIM pour un loyer de 195 €/m².

Les secteurs de la Confluence et Villeurbanne Tonkin arrivent en 2e position des secteurs d’implantation, avec environ 8 400 m² et 15 transactions chacun. Néanmoins, les valeurs sur la Confluence restent sensiblement plus importantes : loyer prime à 260 €/m², loyer moyen à 240 €/m². Villeurbanne plafonne à 185 €/m² dans les chiffres du Cecim (220 €/m² sur d’autres transactions plus confidentielles) avec une moyenne de 159 €/m².

Le secteur de la Part-Dieu, 2ème quartier d’affaires de France, reste dans la course puisqu’il totalise le plus grand nombre de transactions : 16 transactions sur 137. Le loyer prime au 1er trimestre y est de 240 €/m² (CECIM), tandis que le loyer moyen y est de 186 €/m². Notons que les transactions de la Part-Dieu ne se font pour le moment que dans l’ancien.

Tous secteurs confondus, on constate que si plus de la moitié de la demande placée s’est faite sur des biens neufs (52 195 m²), la tendance est plus qu’inversée quand on regarde le nombre de transactions : 95 transactions dans l’ancien sur un total de 137. Ces proportions étaient déjà présentes en 2018 ainsi que les écarts de valeur entre ancien et neuf. Ainsi, les loyers dans l’ancien tournent autour des 165 €/m² et dans le neuf autour de 210 €/m². Légère baisse à l’achat, si en 2018 le m² se vendait 2 329 € dans l’ancien et 2 731 € dans le neuf, en 2019 on est pour le moment à 2 160 €/m² ancien et 2 688 €/m² neuf. Notons toutefois que ces moyennes sont calculées avec assez peu de données. En effet, les ventes ne constituent que 29% de la demande placée de ce premier trimestre, ce qui ne représente que 30 transactions pour toute l’agglomération.

Du côté des loyers primes, en se basant sur ces données partielles, si 2018 proposait des loyers à 300 €/m² sur le Grand Hôtel Dieu, 2019 n’en est pour le moment qu’à 272 €/m², dans le 6e sur l’immeuble France Télécom, mais les transactions à venir dans le neuf sur les secteurs de la Part-Dieu et de la Préfecture remettront sans aucun doute 2019 au niveau de 2018 en termes de valeurs, avec une demande placée probablement supérieure.

< retour